Publications/Faire place

Faire place, (deuxième édition, augmentée), 48 pages.

Premières pages lisibles à cette adresse : Éditions Mix

Diffusion R-Diffusion

De l'expérience privée, l'homme moderne peut se dire pauvre. Son monde est socialisé de part en part. Au-delà du principe de plaisir, sa personnalité – ce qu'il peut éprouver comme « sien » et comme « soi » – se constitue d'un certain vide qu'il n'y a pas de nécessité à nier. Une place est en fait devenue vacante dans l'économie contemporaine, celle des biens. S'opposant à ce qui avait cours autrefois, la conscience de l'époque ne se lie pas à la durée des propriétés d'antan. Le durable est devenu une terre d'ancrage pour les illusions. Se le proposer comme perspective, c'est se condamner à une féroce guerre contre la puissance de progrès lovée au coeur des techniques qui font les vies humaines. Pour que les générations à venir puissent être heureusement de leur temps, il convient que celles d'aujourd'hui sachent faire place, qu'elles pensent moins à la durée qu'au sens des espaces vides et qu'elles s'autorisent à envisager la fin des habitudes fermant depuis trop longtemps leur esprit à toute hypothèse d'économie en croissance créatrice. C'est le sens même de ce mot – « économie » – qu'il y a lieu de discuter sérieusement.

  • Table des matières
  • 1. Faire place (remarques sur la qualité d'une certaine pauvreté moderne)
  • 2. Remarques critiques sur le durable et la précaution
  • 3. La fin des habitudes